Soutien à domicile

Défense des droits
Soutien à domicile
Objectif social
  • Que l’offre de services de soutien à domicile prise en charge par l’État québécois soit bonifiée, de qualité et qu’elle réponde adéquatement aux besoins des personnes que nous représentons
  • Que le réseau de la santé et des services sociaux respecte la politique de 2003 Chez-soi : le premier choix
  • Que le réseau de la santé et des services sociaux respecte le décret de 1988 sur la compensation équitable dans l’attribution des services à domicile et offre gratuitement les services nécessaires aux usagers en situation de handicap
L’accessibilité universelle dans le dossier Soutien à domicile signifie :
  • la gratuité des services
  • des services en quantité et en qualité qui répondent aux besoins exprimés par les personnes ayant une déficience motrice
  • une promotion et une reconnaissance du Chèque emploi-service
  • l’adhésion à l’inclusion sociale par les CSSS et par l’Agence de la santé et de services sociaux de Montréal

Contexte

Pour plusieurs personnes en situation de handicap, les services de soutien à domicile sont essentiels à leur inclusion sociale, professionnelle et économique. Depuis 35 ans, le milieu associatif des personnes en situation de handicap revendique auprès du gouvernement du Québec le financement nécessaire pour répondre aux besoins réels des personnes que nous représentons. Malheureusement, nous observons un manque manifeste de volonté politique allant dans ce sens, et ce, quel que soit le parti au pouvoir.

Rappelons-nous de l’ex-gouvernement péquiste qui tentait de faire adopter la réforme Hébert : l’Assurance autonomie. Nous avons travaillé de concert sur ce dossier avec les organismes de défense des droits des personnes en situation de handicap. Rien ne subsiste de ce projet d’Assurance autonomie sauf, ce qui semble faire l’unanimité à l’Assemblée nationale : la remise en question de la gratuité des services.

À son arrivée au pouvoir, le parti libéral n’a pas repris le projet. Nous aurions pu nous réjouir de cette décision. Toutefois, avec les restructurations en santé et services sociaux prévues par la loi 10 et le projet de loi 20, nous nous retrouvons devant des défis colossaux.

Comme les autres programmes gouvernementaux, les services de soutien à domicile ont été touchés par les politiques d’austérité. À l’heure actuelle, le gouvernement coupe dans les services essentiels comme par exemple l’aide à la préparation des repas. Nous observons dans les faits un réajustement à la baisse dans l’offre de service des CLSC destinée aux personnes ayant des limitations. Elles sont redirigées vers des entreprises d’économie sociale en soutien à domicile (EÉSAD) qui dispensent les services moyennant un tarif réduit si la personne est admissible au programme d’exonération financière. Résultat, les personnes doivent payer pour recevoir de l’aide à l’entretien ménager ou à la préparation des repas.

Réalisations tangibles en soutien à domicile en 2013-2014

  • Obtention d’un financement de l’ASSSM pour la création d’une 2e ressource résidentielle avec soutien à domicile
  • Mise sur pied d’un blogue pour promouvoir l’assurance autonomie : www.autonomiepourtous.com