Aides à la mobilité

Défense des droits
Aides à la mobilité
Objectifs à long terme
  • Faire en sorte que toutes les aides à la mobilité répondent adéquatement aux besoins des personnes ayant une déficience motrice.
  • Faire en sorte que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) revienne sur sa décision limitant la vitesse maximale des aides à la mobilité motorisées (fauteuils roulants, triporteurs, quadriporteurs, etc.) à 10 km à l’heure au lieu d’environ 14 km à l’heure (sauf pour les personnes qui ont une contrainte reconnue par un ou une ergothérapeute).
  • Clarifier les critères d’admissibilité aux équipements d’aide à la mobilité provenant de la RAMQ et faciliter l’admission à ces équipements.

Contexte

En raison des restructurations dans le réseau de la santé et le changement de personnel chez Ex aequo, le dossier n’a pas beaucoup avancé cette année.

Les démarches concernant les aides à la mobilité ont commencé en 2012 lorsque nous avons déposé notre plateforme de revendications au conseil d’administration de l’ASSSM. Depuis, l’Agence n’a consacré que peu de temps aux problématiques liées aux aides à la mobilité.

En 2012, Ex aequo avait également rencontré trois centres de réadaptation physique de l’Île de Montréal, afin de présenter ses revendications sur les aides à la mobilité. Ces derniers avaient pris plusieurs engagements, notamment au niveau de la bonification des services de dépannage d’urgence, de la gratuité des services de réparation et de l’ajout d’effectifs, afin de réduire les délais de livraison.

Plusieurs dossiers demeurent toujours en suspens, notamment la question de l’attribution d’un deuxième fauteuil roulant aux personnes qui ne sont ni au travail, ni aux études. Présentement, l’attribution d’une deuxième aide est accordée seulement si celle-ci est justifiée comme étant essentielle à l’accomplissement de certaines activités professionnelles ou scolaires.

L’élargissement de la plage horaire des services de dépannage d’urgence afin que celle-ci soit bonifiée et disponible tous les jours de 7h00 à minuit reste également un dossier en suspens. Le milieu associatif souhaite travailler à la révision des paramètres d’urgence en concertation avec l’ASSSM.

La question de la réduction de la vitesse par la RAMQ des aides à la mobilité motorisée reste sans réponse. La RAMQ a réduit la vitesse initiale de déplacement de 14 km/h à 10 km/h. Selon le milieu associatif, ce changement compromet la sécurité des personnes utilisant ce type d’aides, puisqu’elles ne pourront pas accélérer suffisamment lors d’un danger imminent.

Nous rappelons également que le processus d’attribution des aides à la mobilité a été modifié par la RAMQ. En effet, le processus d’homologation a été remplacé par un processus d’appels d’offres. Ex aequo craint que cette nouvelle procédure entraîne une diminution des critères de qualité et de fiabilité des aides à la mobilité.

2 grilles

Résultats pour l’année 2014-2015
  • Rencontre entre la direction des aides techniques de l’IRGLM et le Comité des aides à la mobilité d’Ex aequo
  • Correspondance avec M. Ghyslain Chassé du Centre de réadaptation Constance Lethbridge
  • Rencontre avec l’ASSSM qui nous a remis un tableau détaillé des institutions responsables et de leurs responsabilités en matière d’aides à la mobilité
Objectif pour l’année 2015-2016
  • Mettre le dossier de côté pour la prochaine année étant donné les restructurations majeures dans le réseau de la santé et des services sociaux