Consultation publique pour l’aménagement des lieux publics

Consultation publique pour l’aménagement des lieux publics
Avis et mémoires - 12 novembre 2012
Consultation publique pour l'aménagement des lieux publics

PPU du Quartier des spectacles – pôle du Quartier latin

Ex aequo souhaite s’assurer du développement du secteur Quartier Latin, selon les règles d’accessibilité universelle.

Voici les recommandations faites par Ex aequo, le ROPMM et le RAAMM quant aux façons universellement accessibles de développer ce quartier en plein essor.

La Commission sur le Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Quartier Latin

Les instances municipales consultent régulièrement la population à l’aide de commissions thématiques ou à l’aide de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Ces consultations sont des outils importants dont se sert Ex aequo pour faire avancer l’accessibilité universelle dans l’environnement montréalais. Seulement dans la dernière année, nous avons déposé des mémoires à des commissions qui traitaient des pistes cyclables, de Griffintown et, présentement, nous participons à la commission sur « la traversée de la rue : comment accroître la sécurité et le confort des piétons ».

Le 16 octobre 2012, à l’UQAM, l’OCPM présentait aux citoyens sa nouvelle consultation sur : « le projet de Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Quartier des spectacles – pôle du Quartier latin ce projet s’inscrit dans la deuxième phase de planification du Quartier des spectacles, après la réalisation du pôle de la Place des Arts. On vise à faire du Quartier des spectacles une vitrine pour Montréal. La Ville de Montréal et l’arrondissement Ville-Marie, en partenariat avec la corporation du Quartier des spectacles, ont développé une vision bonifiée pour le quartier ; « Vivre, créer, se divertir, et apprendre ».

Cette vision se décline en quatre grandes orientations :

  • une destination unique de la culture et du savoir.
  • une expérience urbaine distinctive.
  • un quartier jeune, habité, intelligent, qui vit 24/7.
  • un pôle économique et commercial fort.

Dans le but de favoriser le développement des terrains vacants et d’encourager l’arrivée de nouveaux résidents tout en assurant le maintien des qualités paysagères et patrimoniales plus locales, le PPU introduit des modifications aux paramètres de hauteur, de densité et d’affectation du sol du Plan d’urbanisme, notamment le long de la rue Sainte-Catherine Est et autour de la Place Émilie-Gamelin.

Ce PPU vise à dynamiser le Quartier latin, à le faire évoluer tout en ayant une vision plus cohérente. Quand on dit évoluer, on veut surtout dire augmenter les activités culturelles et ce qui s’ensuit, donc plus de fréquentation, et plus de visiteurs dans le quartier. Pour cela, on devra changer des aménagements architecturaux et urbains. En réaménageant le milieu urbain, on verra à poursuivre la piétonisation de rues et l’ouverture des espaces aux commerçants, ce qui veut dire, entre autres, l’installation de terrasses.

On désire prolonger le Quartier des spectacles vers l’est. Ce projet plaît beaucoup, mais cela peut cacher des embûches à la libre circulation des gens ayant une limitation fonctionnelle. Pour ne citer que quelques exemples du Quartier des spectacles : à la hauteur de la rue Maisonneuve, le risque est élevé d’entrer en collision avec les cyclistes qui circulent sur la piste cyclable ; pour les gens ayant une déficience visuelle, le manque de repères et le risque de se retrouver dans la circulation automobile de la rue Sainte-Catherine est élevé ; aussi, pour tous les usagers, lorsqu’on utilise certains aménagements du Quartier des spectacles, il faut être attentif afin de ne pas chuter.

Ex aequo s’est associé au Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) et le Regroupement des organismes de promotion du Montréal métropolitain (ROPMM) pour déposer un mémoire à la consultation de l’OCPM. En nous regroupant, nous aurons ainsi plus d’impact.

Lors de cette consultation, nous en profiterons pour réaffirmer les notions de l’accessibilité universelle, les besoins des gens que nous représentons, ainsi que l’engagement qu’a pris la Ville de Montréal lors du Sommet de Montréal en 2002, qui est de mettre de l’avant l’accessibilité universelle. Depuis ce temps, nous retrouvons cet engagement dans les documents officiels de la Ville : le plan d’urbanisme, le plan de transport, dont fait partie la Charte du piéton, le rapport de la Commission sur les procédures de déneigement, la Charte montréalaise des droits et responsabilités, l’étude sur l’accessibilité universelle pour les personnes ayant des limitations fonctionnelles et Imaginer – Réaliser Montréal 2025, etc.

Depuis le 7 juin 2011, la Ville de Montréal a une politique municipale d’accessibilité universelle.

Les actions d’Ex aequo visent à s’assurer que les instances municipales feront en sorte que ce quartier n’ait pas d’aménagement qui amplifiera la limitation fonctionnelle d’une personne. Il faut éviter que l’on attribue à l’individu des difficultés qui relèvent, en fait, de l’aménagement du quartier. L’enjeu de l’accessibilité est donc de proposer un concept d’aménagement qui permettra à toute personne ayant des limitations fonctionnelles d’accéder aux divers lieux, aux espaces de travail, à une activité ou à un service du Quartier des spectacles et du Quartier latin de la même manière que tous les autres citoyens. Toutes les déficiences sont alors considérées (motrice, visuelle, auditive, cognitive, etc.), de même que les situations temporaires de limitations de la mobilité (femmes enceintes, parents avec poussette, jambe plâtrée, etc.). Plus généralement, c’est une question d’égalité des citoyens face à l’espace public et à l’accès aux services de ce secteur de Ville-Marie.

Nous savons que, fondée sur une approche d’inclusion sociale, l’accessibilité universelle permet à toute personne, peu importe ses capacités, l’utilisation identique ou similaire, autonome et simultanée des services offerts à l’ensemble de la population dans le Quartier des spectacles et dans sa périphérie.

Pour en connaître davantage à ce sujet, consultez les liens suivants ou contactez Luc Forget à Ex aequo :

La Ville de Montréal
Ce qu’en dit l’UQAM