Dépôt la 1re plate-forme de revendications en matière de services d’accompagnement au C.A. de l’Agence

Dépôt la 1re plate-forme de revendications en matière de services d’accompagnement au C.A. de l’Agence
Avis et mémoires - 13 février 2013
Dépôt la 1re plate-forme de revendications en matière de services d'accompagnement au C.A. de l'Agence

Montréal, le 13 février 2013

Ex aequo a présenté, le 12 février, à l’ASSSM la toute première plate-forme de revendications en matière de services d’accompagnement rédigée par un organisme de défense des droits des personnes ayant une limitation fonctionnelle.

« La directrice générale de l’Agence, Mme Danielle Mc Cann, a accueilli favorablement le dépôt de cette plate-forme, qui comprend 7 revendications. Celle-ci reflète les préoccupations d’Ex aequo et de ses membres concernant les services d’accompagnement », affirme M. Robert Longtin, membre du comité qui a fait naître cette plate-forme. La directrice générale s’est également engagée à la tenue d’une rencontre, sous peu, entre Ex aequo et le responsable de ce volet à l’Agence.

Voici, en priorité, trois des revendications de la plate-forme qu’Ex aequo met de l’avant dans ses « représentations », auprès de l’ASSSM, du Ministère de la Santé et des services sociaux et des différents intervenants du réseau de la santé de Montréal.

  1. Nous demandons que les services d’accompagnement soient financés en totalité par le gouvernement du Québec et donc que les personnes ou leur famille n’aient pas à payer pour ces services.
  2. Nous demandons qu’il n’y ait pas de priorisation de types de sorties en lien avec les services d’accompagnement
  3. Nous demandons que les services d’accompagnement soient offerts aux personnes pour toute activité extérieure au domicile que tout citoyen peut accomplir, et ce, sans qu’aucun type d’activité ne soit priorisé.

« Dans cette plate-forme, nous abordons d’autres thèmes liés à l’accompagnement, notamment la formation des accompagnateurs. Pour l’instant, nous nous concentrons sur nos trois priorités car elles constituent les assises fondamentales à des services d’accompagnement de qualité et soucieux de notre quête d’autonomie », déclare Pierre-Yves Lévesque, directeur général d’Ex aequo. L’obtention de ces gains favoriserait grandement la participation active à la vie sociale, scolaire et professionnelle des personnes vivant avec une limitation fonctionnelle.

Rappelons que la Politique « À part entière : pour un véritable exercice du droit à l’égalité » rendue publique en 2009, stipule clairement qu’une des priorités pour bâtir « une société solidaire plus équitable » est de « viser une compensation adéquate des coûts supplémentaires reliés aux déficiences, aux incapacités et aux situations de handicap ». La Politique précise qu’il faut « rendre accessibles aux personnes handicapées et leur famille des services structurés d’accompagnement » et, pour l’Office des Personnes Handicapées du Québec, ces services doivent être gratuits. On indique également qu’il est « important que l’ensemble des besoins prévisibles d’accompagnement d’une personne handicapée soit considéré dans l’élaboration du plan de services. »

Pour accéder aux détails de notre plate-forme de revendications en matière de services d’accompagnement.

-30-

Source :
Ex aequo
Mathieu Frappier
Agent de défense des droits
514.288.3852 p. 226
www.exaequo.net