Élections fédérales 2015 : Droit de vote difficile en CHSLD

Élections fédérales 2015 : Droit de vote difficile en CHSLD
Nouvelles - 27 octobre 2015
Élections fédérales 2015 : Droit de vote difficile en CHSLD

Le 19 octobre dernier, les citoyens canadiens se retrouvaient aux urnes afin d’exercer leur droit le plus fondamental : le droit de vote. Malheureusement, même en 2015, on ne peut pas affirmer que ce droit est acquis dans notre système démocratique canadien. En tout cas, pas quand on est résident en Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD)…

En tant qu’organisme montréalais de défense des droits des personnes en situation de handicap, il est dans le devoir d’Ex aequo de dénoncer la situation auprès des instances concernées.

C’est Guy Simard, militant chez Ex aequo, qui a sonné les cloches. Il a 52 ans. Il est citoyen canadien. Il se déplace à l’aide d’un fauteuil motorisé. Il est actuellement résident au CHSLD Bruchési à Montréal. M. Simard nécessite plus de 25 heures de services de soutien à domicile, pour lui c’est la seule option viable d’habitation étant donné le manque d’unités de logement qui offrent des services à domicile lui permettant une pleine autonomie.

M. Simard et sa conjointe, Carole Cartier, rapportaient à Ex aequo « l’enfer » qu’ils ont vécu lors de la soirée électorale. S’ils n’avaient pas été présents pour aider le personnel du CHSLD, les résidents n’auraient pas pu voter. Mme Cartier est également militante chez Ex aequo. Elle est non résidente du CHSLD et se déplace à l’aide d’un fauteuil manuel.

Le CHSLD Bruchési est inscrit dans le pôle 202. Les scrutateurs devaient assurer une présence au centre de 14h30 à 20h. Ils sont pourtant arrivés à 16h30…en plein durant l’heure du souper. Tous les préposés étaient mobilisés pour les repas les rendant indisponibles pour aider le personnel d’Élection Canada. La réalité en CHSLD, c’est que la majorité des résidents sont couchés assez tôt, soit vers 18h-19h30. Ils sont donc moins disponibles après le souper.

Pour ajouter à la désorganisation, les scrutateurs n’avaient pas les listes électorales ! Les cartons électoraux indiquant le numéro de la circonscription n’étaient donc pas recevables. On exigeait deux preuves d’identité et une preuve d’adresse. Difficile de prouver son adresse lorsqu’un ne reçoit pas de facture…

La solution : Aller chercher les cartes vertes (carte de preuve de résidence en CHSLD) dans les dossiers et les cartes soleil des résidents (sur l’heure achalandée du souper, avec des effectifs réduits). « J’ai un plomb qui a sauté quand j’ai entendu l’infirmière perdre son calme et affirmer qu’elle était débordée et que les résidents voteraient à la prochaine élection », rage M. Simard. « Pas question que tu enlèves le droit de vote à tous les résidents. Ma conjointe et moi, on va t’aider à préparer les cartes vertes et les cartes d’assurance maladie puis, tout le monde va pouvoir exercer son droit de vote », ajoute-t-il.

Mme Cartier témoigne que son conjoint ne voulait pas que les gens perdent leur droit de vote. « Il a été assermenté pour valider que les personnes présentes résidaient bien au CHSLD. Le scrutateur a dû inscrire manuellement chaque personne et leur adresse sur une liste. Guy m’a demandé d’aller chercher les pièces d’identité à l’étage. Il a gardé les cartes des résidents avec leurs accords pour les remettre à l’infirmière à la fin du vote. J’ai reconduit les résidents jusqu’à leur chambre ou à la salle commune et je me suis assurée qu’un repas leur était servi », déclare-t-elle.

Ce soir-là, il s’en est fallu de peu pour que les résidents du CHSLD Bruchési ne puissent pas exercer leur droit de vote. Effectifs réduits, épuisement du personnel soignant, stress et surcharge de travail, c’est ce à quoi est confronté quotidiennement le personnel en CHSLD. M. Simard souligne tout de même que ce n’est pas la faute du personnel du CHSLD puisqu’ils ont des exigences à respecter durant les heures de repas et doivent remplir leurs obligations.

Mauvaise coordination de la part d’Élection Canada
Après vérification auprès d’Élection Canada, la raison pour laquelle les scrutateurs ne possédaient pas les listes électorales est que le CHSLD Bruchési est inscrit dans le pôle 500 et non dans le pôle 202. Les électeurs du pôle 202 devaient se rendre aux urnes dans une école près du CHSLD.

Un des deux scrutateurs a dénoncé le fait qu’il a été confronté à la même problématique au Manoir de l’Âge d’or un peu plutôt dans la journée. Les équipements pour permettre aux citoyens de voter n’étaient pas prêts.

Malgré le fait que le personnel d’Élection Canada ait rencontré préalablement la coordonnatrice du CHSLD à deux reprises, celle-ci n’a pas été avisé des exigences relatives aux cartes d’identification.

Somme toute, M. Simard souhaite rappeler que les deux scrutateurs sur place ont fait tout ce qu’ils ont pu avec la formation qu’ils détenaient. Celui-ci rejette plutôt la faute sur le Directeur du scrutin de Laurier Sainte-Marie. « Il n’a pas assuré une bonne coordination au niveau des votes en CHSLD. C’était de l’improvisation totale ! Rien n’était organisé avec le bureau des élections », scande-t-il.

Ex aequo somme les autorités compétentes à se concerter afin qu’une telle situation ne se reproduise plus. À l’avenir, il faudra une meilleure coordination et une directive claire pour l’exercice du droit de vote en CHSLD et ce, que les élections se déroulent aux niveaux fédéral, provincial ou municipal. C’est impératif en 2015…le droit de vote c’est sacré même pour les aînés et les personnes en situation de handicap !

Signé : Ex aequo

Ex aequo est un organisme montréalais sans but lucratif qui se consacre, depuis sa fondation en 1980, à la promotion et à la défense des droits des personnes ayant une déficience motrice. Ex aequo favorise l’action citoyenne de ses membres et la concertation avec différents organismes.