Ex aequo exige le maintien intégral des services de réadaptation au Centre Lucie-Bruneau et réclame un moratoire des projets de déménagement

Ex aequo exige le maintien intégral des services de réadaptation au Centre Lucie-Bruneau et réclame un moratoire des projets de déménagement
Communiqués - 16 décembre 2015
Ex aequo exige le maintien intégral des services de réadaptation au Centre Lucie-Bruneau et réclame un moratoire des projets de déménagement

Sauvons Lucie-Bruneau : Point de presse

Communiqué de presse, version PDF

MONTRÉAL, 16 décembre 2015 - Suite à un appel à la mobilisation du comité des usagers du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau (CRLB), Ex aequo participe à une conférence de presse afin de dénoncer le déménagement des services de réadaptation. Ex aequo réclame la suspension des démarches entamées visant à déménager les services du CRLB à l’IRGLM ainsi qu’un engagement formel de la direction du CIUSSS du Centre-Sud de réaliser une étude complète sur les impacts socioéconomiques d’un tel déménagement de services.

En effet, en septembre dernier, la direction des programmes DI-TSA/DP du CIUSSS du Centre-Sud a annoncé au comité des usagers que certains services allaient être transférés à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay (IRGLM), situé dans l’ouest de la ville. La conférence de presse est issue d’une collaboration entre le comité des usagers du CRLB, le Regroupement des organismes de promotion du Montréal métropolitain (ROPMM) et Ex aequo avec l’appui de Québec solidaire.

La demande en faveur du maintien intégral des services du CRLB est non négligeable. Dans une optique d’un meilleur accès aux services de santé et aux services sociaux, il est indispensable d’assurer un service de proximité à la population de l’Est de l’Île. De plus, comme les deux centres de réadaptation sont regroupés dans le même CIUSSS, il est possible d’améliorer le continuum de services sans pour autant déménager ceux-ci.

Pour plusieurs usagers, Lucie-Bruneau est plus qu’un centre de réadaptation : c’est un lieu de socialisation où certains viennent briser l’isolement. La mission du CRLB vise l’inclusion sociale et est complémentaire avec celle de l’IRGLM qui est axée sur la réadaptation physique intensive.

Cri d’alerte des usagers
Pour les membres d’Ex aequo, l’annonce de la perte de services au CRLB est inquiétante. Plus de la moitié des membres d’Ex aequo habitent la couronne Est de l’Île de Montréal. Bien que le CRLB fasse maintenant partie du CIUSSS du Centre-Sud, il est le seul centre de réadaptation de l’Est. Rappelons que le CIUSSS de l’Est est le plus fréquenté de l’Île. D’ailleurs, les données populationnelles de ce dernier révèlent que 36% des habitants du territoire sont atteints d’une maladie chronique.

Chez les membres d’Ex aequo et usagers du CRLB, l’indignation est palpable. Colère, pleurs, découragement et sentiment d’impuissance face à des décisions de la direction prises sans les avoir consultés ou même avertis. Les usagers craignent non seulement de voir les listes d’attente s’allonger puisque l’achalandage est déjà élevé à l’IRGLM, mais aussi de perdre leurs intervenants suite à une réduction d’effectifs sur le terrain en raison d’un éventuel déménagement.

La corde sensible reste sans équivoque la perte de proximité et l’accès au centre de réadaptation. Les membres d’Ex aequo, résidant dans l’Est de la ville et fréquentant Lucie-Bruneau, s’insurgent devant le fait qu’ils devront, pour la plupart, faire deux heures de plus de transport adapté afin de se rendre à l’IRGLM. Les personnes en situation de handicap ont souvent une moins grande résistance aux turbulences occasionnées par le transport et se fatiguent plus rapidement. Réduire la proximité de ces services découragera certainement plusieurs usagers de poursuivre leur traitement de réadaptation et entraînera une diminution de la prévention des blessures.

Plusieurs initiatives entreprises
Depuis 2011, des pourparlers entre le CRLB et l’IRGLM avaient lieu et abondaient dans le sens d’une fusion administrative. Selon l’ancien président du conseil d’administration du CRLB, St-Jean Bolduc, « jamais il n’a été question de réduire l’offre de services du CRLB au profit de l’IRGLM ».

Suite à l’annonce du déménagement des services, plusieurs démarches ont été entreprises par le comité des usagers, en partenariat avec les organismes communautaires du milieu, pour que la direction du CIUSSS rebrousse chemin. Rencontres infructueuses avec la direction du CIUSSS, demande de rencontre d’urgence à la ministre Lucie Charlebois et au ministre M. Barrette, plainte au commissaire local aux plaintes, entrevues radio, lettres ouvertes dans les journaux et mise en ligne d’une pétition.

Gaspillage des fonds publics
Finalement, des investissements à la hauteur de 2M$ ont été faits en 2011 afin de procéder à la réfection de l’internat du CRLB. La direction du CIUSSS semble justement vouloir fermer l’internat et y construire des bureaux pour accueillir l’Institut Raymond-Dewar. Dans un contexte de rigueur budgétaire imposée par le gouvernement du Québec, cela serait plutôt ironique !

- 30-

Ex aequo est un organisme montréalais sans but lucratif se consacrant à la promotion et à la défense des droits des personnes ayant une déficience motrice depuis 1980. Ex aequo favorise l’action citoyenne de ses membres et la concertation avec différents organismes

Renseignements :
Alexandra D’Amours, agente de promotion, 514 288-3852, poste 226, Cell : 819-806-0680
adamours@exaequo.net

Marie-Claude Normandin, responsable des communications, 514-288-3852, poste 228, info@exaequo.net