Plate-forme de revendications en santé et services sociaux

Plate-forme de revendications en santé et services sociaux
Communiqués - 27 août 2012
Plate-forme de revendications en santé et services sociaux

Des personnes handicapées demandent de meilleurs services sociaux et de santé

Montréal, le 15 février 2012 – L’organisme Ex aequo, accompagné de 14 de ses membres, a déposé, au cours d’une séance du conseil d’administration (C. A.) de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, une plate-forme regroupant 49 revendications pour l’amélioration des services de santé et des services sociaux.

Malgré de nombreuses politiques mises de l’avant depuis 2003, dont entre autres « Chez soi : le premier choix », les dirigeants du ministère de la Santé et des services sociaux n’ont toujours pas fait le choix ferme, ni exécuté des actions concrètes efficaces afin d’injecter les fonds nécessaires pour la pleine réalisation de ces politiques davantage préventives que curatives.

C’est pourquoi hier Ex aequo, fier défenseur des droits des personnes ayant une déficience motrice depuis plus de 30 ans, a rendu public et remis en mains propres à M. David Levine, président-directeur général de l’Agence, ainsi qu’aux membres du C. A., une copie de sa plate-forme comprenant 49 revendications en matière de services de santé et de services sociaux et traitant les 6 aspects suivants :

  • la compensation financière des déficiences ;
  • les projets cliniques et l’accès aux services ;
  • les services de soutien à domicile (accès aux services, évaluation des besoins, information, formation des auxiliaires, services de santé) ;
  • les hôpitaux et les cliniques médicales ;
  • l’habitation ;
  • la réadaptation.

Prioritairement, Ex aequo revendique les 3 actions suivantes, soit :

  • l’uniformisation, à la hausse, des services dans tous les Centres de santé et de services sociaux de l’île de Montréal ;
  • que le choix de l’intervenant qui est responsable de coordonner les services pour une personne et sa famille (un ergothérapeute ou un travailleur social) soit toujours effectué en fonction des besoins de l’usager et que le choix de ce dernier soit respecté ;
  • l’application du principe de la hauteur de la couverture des services de soutien à domicile jusqu’à ce qu’il en coûterait en hébergement, en excluant les services professionnels de soins de santé. Ce principe est d’ailleurs prescrit dans la politique « Chez soi : le premier choix » du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui date maintenant de plus de 9 ans.

« Il est temps d’aborder de front ces problèmes. Il faut passer de la parole aux actes pour permettre une participation sociale pleine et entière de toutes les personnes, y compris les personnes handicapées » affirme Dominique Marsan, vice-présidente du C. A. de l’organisme.

S’engager et passer à l’action !
Ex aequo aspire à conscientiser l’Agence de l’ampleur et de l’urgence de la situation afin qu’elle demande à son tour un engagement clair et soutenu de la part des hautes instances ministérielles, représentées par M. Yves Bolduc et Mme Dominique Vien. Le rehaussement du soutien financier pour les programmes offerts aux personnes ayant des limitations fonctionnelles est devenu prioritaire en raison de l’inaction du gouvernement.

Ex aequo réaffirme son immense intérêt à collaborer avec l’Agence dans cette démarche et est prêt à rencontrer des membres de la direction et les responsables concernés afin de discuter de l’ensemble de sa plate-forme de revendications et d’aller de l’avant dans sa mise en œuvre. C’est le temps de passer à l’action !

- 30 -

Source :
Martin Thériault, agent de promotion
514-288-3852, poste 226
mtheriault@exaequo.net